Boutons de navigation Un peu d'histoire... Marcel Raymond, professeur-éducateur Le monde scolaire Les mémoires de Juliette Paradis-Raymond Site d'André Raymond Dr Philippe Chabot Accueil Lorrainville L'église Lucille Jolette, enseignante
Logo Lorrainville
English Version
Titre église
Intérieur église du 3e jubé
Barre verte 1
Notes sur l'église

Les premiers colons arrivent à Lorrainville en 1883. Le nom de Lorrainville est donné en l'honneur de Mgr Narcisse Zéphirin Lorrain, évêque du
diocèse de Pembroke dont faisait partie Lorrainville à ce moment-là.

Il faudra attendre 1892 pour que les familles installées à Lorrainville aient leur mission et en 1906, les Oblats de Marie-Immaculée, qui ont reçu
la mission d'évangéliser l'Outaouais supérieur, remettent à Mgr Zéphirin Lorrain une de leurs dessertes: Lorrainville. D'ailleurs, nous pouvons
lire dans l'Acte de la visite épiscopale dans la mission de Lorrainville du 18 juillet, toute l'activité laborieuse de cette ruche qu'est Lorrainville:

"Le dix-sept juillet, nous nous sommes rendus à Lorrainville, nouvel essaim sorti aussi de Ville-Marie l'automne dernier, et nous avons
confirmé 60 enfants.

Cette mission, d'abord desservie par le Rév. Père Beaudry, o.m.i., l'est maintenant par le Rév. Père Giguère qui se trouvait là pour nous
recevoir. Les gens de Lorrainville n'ont rien épargné pour rendre aussi solennelle que possible la première visite épiscopale faite à leur
mission. Les exercices ont eu lieu dans une salle qui sert de chapelle temporaire et une foule nombreuse y a assisté. Dans quelques mois,
ces gens auront leur église à eux. Les plans sont faits, les fondations sont creusées et les travaux de construction doivent commencer
incessamment."

Le 14 octobre 1906, la "mission" de Lorrainville est érigée en mission autonome, contrairement aux avis des autorités religieuses qui refusaient
de reconnaître le fait. D'après Mgr Geoffroy n'aurait pas dû exister du fait qu'une loi convenait d'une distance minimale de sept milles entre
chaque paroisse alors qu'il n'y en a que cinq.
Église sans clocher

En 1907 débute la construction de l'église. M. Joseph
Bellehumeur, président des syndics, a engagé des
ouvriers de la ville de Pembroke (Ontario). Les contrats
furent alloués à un M. Lefebvre de Montréal. Un jour,
pendant que l'entrepreneur buvait à l'hôtel et que les
ouvriers achevaient de lever le carré de la bâtisse, un
ouragan renversa le tout. Après ce malheur, pour se
débarrasser de leur entrepreneur, les syndics furent
obligés de lui donner 100 $. Après cela, la construction
fut faite sous l'habile direction de M. Farley, la
couverture étant réalisée par M. Louis Lescom de
Ville-Marie.

1908 - Le territoire appartenant au Témiscamingue
passe sous la juridiction religieuse de Mgr Latulipe,
évêque de Catenna. Les trois premiers marquillers
sont Joseph Bellemare, Horace Roy et Pierre Brassard,
syndics de la mission, sous la présidence de Joseph
Bellehumeur.

L'église de Lorrainville (1907) est la troisième plus ancienne de l'Abitibi-
Témiscamingue et du nord de l'Ontario. La plus ancienne serait celle de la
Réserve indienne du Grand Lac Victoria (1873), la deuxième étant celle de
St-Bruno-de-Guigues (1902).

Portez attention à la structure de ce bâtiment cruciforme, avec ses voûtes en
demi-lune ou demi-elliptique. À noter qu'il n'y a pas de colonnes pour
supporter le toit. Il faut voir, dans l'entre-toit, les solives employées pour
maintenir le tout afin qu'elle demeure solide encore aujourd'hui. Il faut rendre
hommage à l'ingéniosité de nos bâtisseurs du temps qui ont su construire un
bâtiment défiant le temps. Quand à la décoration, nous pouvons constater
l'adresse des menuisiers du temps, compte tenu des outils disponibles. Pas
facile de plier le bois pour suivre les rondeurs des jubés, ainsi que les demi-
lunes des moulures au-dessus des autels latéraux... et que dire de ces
décorations au plafond. Elles s'agencent très bien avec l'ensemble.

Le 12 avril 1908, la première messe eut lieu dans l'église, encore en
construction, le dimanche des Rameaux. Le 18 octobre, on bénit le cimetière
de la paroisse.

En 1909, l'Abbé Ozias Corbeil fut nommé premier curé résident. Il n'y demeure
qu'un an.

Le 17 mars 1910, l'Abbé Eugène Geoffroy vient prendre la relève et l'histoire
nous dit que l'on termine, cette année-là, la construction de l'église. Cette
construction avait nécessité un emprunt de 10,000 $. Avant cette date, les
exercices religieux avaient lieu au magasin de M. Alphonse Clermont, bâtiment
situé au coin des rues St-Joseph et Notre-Dame, maintenant propriété de
Roger Bellemare. Le premier baptême de l'Abbé Geoffroy fut celui de Charles-
Hector Lacasse, lequel fut plus tard son chantre de messe sur semaine dès
l'âge de 13 ans. C'est une mission qu'il accomplira durant 35 ans.

Intérieur église - Communion
Couvent, presbytère et église

La construction du presbytère fut décidée le 24 juillet 1910. À ce moment, il n'y a pas de toit en
pente mais un toit plat, comme en fait foi une photo du temps (le couvent apparaît à gauche).
De plus, on achète une cloche et on pose la finition extérieure de l'église.

Le 30 novembre 1910, en vertu d'une décision du Révérend Eugène Geoffroy, les saints dont
les noms suivent ont été nommés patrons des divers rangs de la paroisse: Rang cinq - Saint-
Joseph, Rang six et sept - Sainte Anne, Rang huit - Saint Antoine, Rang neuf - Saint Jean,
Chemin Ville-Marie - Saint Pierre.

C'est le 4 mars 1911 que fut officiellement érigée la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes-de-
Lorrainville.

À la visite pastorale des 10,11 et 12 juin 1913 par Mgr Elie A. Latulipe, évêque de Catenna, vicariat apostolique du Témiscamingue, il écrit dans
les registres :
"depuis la dernière visite (23, 24 et 25 juillet 1910), on a bâti un beau presbytère avec ses dépendances qui a coûté 7,931.91 $, un clocher sur
l'église qui a coûté 945 $ et acheté une cloche qui a coûté 462 $". Cette cloche pesait 1360 livres et la bénédiction en fut faite le 14 juin 1911.

Le 12 mai 1912, "achat par le curé, aux frais de la Fabrique, de tout le noir nécessaire pour l'ornement de l'église lors de funérailles".

Toujours dans les registres de la paroisse et la correspondance de l'époque, nous apprenons que le 23 mai 1914, l'Abbé Eugène Geoffroy,
prêtre curé de Lorrainville, demande la permission (qui lui est accordée ce jour à Ville-Marie) de bénir solennellement, suivant les prescriptions
du rituel romain, l'église paroisiale de Notre-Dame-de-Lourdes de Lorainville. La bénédiction de l'église fut faite le 26 mai 1914.

Le 28 août 1914, c'est l'arrivée des Soeurs de l'Assomption. Elles sont introduites dans leur nouvelle bâtisse qui fut construite en 1893.

Les premiers bancs (chaises assemblées entre elle par une planche au début) seront remplacés en mai 1920, selon une directive de Mgr Elie A.
Latulipe à sa visite pastorale de 1919. Le 8 mai 1921, il a réparation de la cheminée et du clocher de l'église. Le 11 décembre de la même année,
on procède à l'achat d'une fournaise pour être placée à la cave (200 $). Le 31 décembre,

"il est loisible pour cause, de louer des chaises supplémentaires pour familles nombreuses, possibilité de 2 bancs mais pas 3".

Le 10 mai 1924, il y a proposition de l'achat d'une fournaise au charbon pour remplacer la fournaise à bois.

Le 15 avril 1925, une autorisation d'emprunt au montant de 15,000 $ permet des travaux à l'église, sans préciser lesquels.

Le 20 juin 1926, la couverture de l'église (vieille de 20 ans) présente certains problèmes. On propose de l'enlever et de la remplacer par une
nouvelle en bardeaux métalliques s'agrafant les uns aux autres, au coût de 15 $ le dix pieds carrés. Girard et Desjardins de Ville-Marie
effectueront le travail en mai 1929.

Le 15 août 1926, Alphonse Robert de Nord Témiscamingue (Notre-Dame-du-Nord) est engagé pour suveiller des travaux à raison de 50 ¢/l'heure,
sans compter la pension et les frais de voyage à la charge de la paroisse pour s'occuper de réparations urgentes devant être faites dans le
comble de l'église. On verra à placer un papier d'asphalte sur toute la voûte de l'église pour conserver la chaleur et éviter, à l'avenir, toute
gouttière dans l'église.

Le 28 avril 1929, on adopte une résolution à l'effet qu'il est urgent de faire
disparaître la flèche qui termine le clocher de l'église et de la remplacer par un
dôme surmonté d'une croix. Le travail sera fait par M. Avila Blais de Béarn et son
fils Magella, engagés à la journée à 75¢ /l'heure.

Le 4 avril 1930, un emprunt de 8,000 $ est effectué pour finir l'intérieur de l'église
et y placer des bancs.

En octobre 1932, il y a finition de l'église au-dedans et au-dehors et, en novembre
de la même année, on place des bancs neufs qui seront étrennés le 27 novembre
1932. Les bancs de l'église peuvent asseoir 643 personnes: 19 personnes dans le
choeur, 297 dans la nef, 42 dans chacun des jubés latéraux, 115 dans le premier
jubé et 101 personnes dans le deuxième jubé. Les lattes de bois verticales datent
de ce moment.

Église et clocher complété
Intérieur ancien 1

Le 7 novembre 1937, il est proposé par Jos Mercier et
appuyé par Az. Rocheleau que le curé fasse installer
l'électricité dans l'église, le presbytère et la salle aux
meilleures conditions possibles.

Le 21 avril 1945, il y a installation d'un nouveau système
de chauffage à eau chaude dans l'église et la sacristie
par M. Girard de Ville-Marie. Coût prévu: 3,600 $.

Le 10 février 1946, achat d'un orgue électrique
(autorisation donnée pour 2,000 à 2,500 $).

Suite au décès de Mgr Gauvin en 1952, son remplaçant,
l'Abbé Louis-Charles Côté, apporte des changements
importants. Une autorisation d'emprunt de 15,000 $ est
accordée. L'intérieur de l'église sera peint (avant le
bois était verni), le choeur complètement transformé,
le plancher sera recouvert de tuiles et le choeur de
tapis.

Le 3 janvier 1954, le contrat de peinture a été accordé pour une somme de 3,000 $ à la firme John David de Noranda. Le perron sera solidifié en
ciment renforci de fer par M. Dominique Dénommé de Lorrainville. M. Alfred Pellerin de Guigues obtient le contrat pour peinturer la toîture, le
clocher, les ouvertures et portes extérieures de l'église. Des rénovations sont aussi apportées au presbytère.
Intérieur ancien 2

Le 8 décembre 1957, on procède à la réparation du maître-autel au coût de
500 $.

En août 1958, les Clercs de Saint-Viateur arrivent à Lorrainville.

Au début des années 60, on enlève les autels pour les célébrations face au
peuple et on installe des baldaquins au-dessus de la croix et au-dessus
des autels latéraux. Dommage que l'on n'ait pas conservé les autels, elles
étaient magnifiques. Les seuls souvenirs que nous en ayons sont des
photos d'archives et nous constatons qu'elles continuaient le style de
demi-lune et de demi-ellipses de l'ensemble.

En novembre 1961, Son Excellence Monseigneur Sebastiano Baggio,
délégué apostolique, est de passage à Lorrainville.

Le 6 janvier 1963, la fournaise de l'église est défectueuse après 22 ans
d'usage. On procède à l'achat d'une fournaise à l'huile chez H. Girard de
Ville-Marie et on emprunte 3,000 $.

En janvier 1965, on discute de l'à-propos d'engager un architecte pour faire les plans de construction de salles au sous-sol de l'église. L'Abbé
Jean Goulet fait effectuer des travaux majeurs de construction en creusant le sous-sol pour aménager le salon funéraire et la salle multi-
fonctionnelle ainsi que l'aménagement de toilettes, de bordures de ciment alentour de l'église et la préparation d'un terrain de stationnement.

Le 10 décembre 1967, on change de place l'autel dans le choeur de l'église.

Le 31 mars 1968, on loue le salon funéraire à Émile Jolette de Lorrainville. Une résolution est adoptée pour poser des barrières en fer forgé
permettant la fermeture du 2e jubé en temps ordinaire. On autorise la finition du sous-sol sous de la nef. Le 13 octobre, on alloue 1,500 $ pour
des travaux à cette salle afin d'y mettre le système de chauffage.

Le 10 janvier 1969, on autorise que des "bourrures" soient ajoutées aux agenouilloires des bancs d'église.

Le 26 juillet 1970, c'est la finition complète de l'électricité au sous-sol, la mise en place des haut-parleurs et on répare les chassis de l'église.
M. René Therrien de Lorrainville est l'électricien engagé.

En juillet 1975, l'autorisation est donnée par Mgr Jean-Guy Hamelin de procéder à la finition de l'extérieur de l'église en pierres jusqu'au-dessous
des fenêtres et d'installer un revêtement d'aluminium pour le reste, jusqu'au toit. Ces dépenses se chiffrent à 48,430.58 $, incluant l'application
à la grandeur du toit et au clocher d'une couche de peinture d'aluminium. Le tout fut fait, sous la gouverne du curé Gérard Lecompte, par la
Menuiserie SYRICA ltée, Dubé et Roy inc., Dominique et Maurice Dénommé, maçons, tous de Lorrainville. Un grand ménage est apporté au
presbytère.

En novembre 1980, on donne l'accord pour le renouvellement complet du brochage électrique dans l'église, l'installation de lumières au mercure,
de lumières à la sortie et des lumières d'urgence en cas de pannes électriques. Le contrat est accordé à M. Guy Gaudet de Lorrainville.

En septembre 1981, on installe des rampes de fer sur le toit de l'église pour éviter le danger de chutes de neige sur les passants. M. Jacques
Touzin de Lorrainville fait le travail pour 2,641 $.

En mars 1982, les bancs sont rafraîchis de teinture et de 2 couches de vernis.

En 1994, les marguilliers, sous la direction de l'Abbé Louis Naud, décident de
redécorer l'intérieur de l'église en enlevant les baldaquins afin de
redonner le style "romain" de la construction et redécorent le tout. Mme Francine
Marcotte-Fontaine, artiste de Lorrainville, peint les tableaux
qui ornent le choeur. On procède à l'installation d'une statue de la Vierge sur la
terrasse avant.

Il faut signaler que nous avons évalué qu'il s'est donné quelque deux mille heures
de traval en bénévolat. Malgré tout, c'est autour de 100,000 $
qui ont été investis dans les travaux.

Intérieur couleur et bancs
Barre verte 2
Les curés
Extérieur couleur de l'église

Ont fait mission : les Pères Beaudry (1906-1907), Giguère (1907-08) et Francoeur (1908-09).

Ozias Corbeil : 1909-1910 - le premier curé résident

Eugène Geoffroy : 1910-1929

Joseph Gauvin : 1929-1952

Alphonse Dupuis : 1952-1953

Louis-Charles Côté : 1953-1962

Jean Goulet : 1963-1974

Gérard Lecompte : 1974-1981

Jean-Claude Labbé : 1981-1992

Louis Naud : 1992- ...

5211 accès depuis le